Image de marque : le suédois Spotify garde son sang-froid

À l’heure où la stratégie du modèle freemium est sévèrement critiquée par les majors et où arrive Tidal, un nouveau concurrent lancé en grande pompe par le rappeur Jay Z, le suédois Spotify garde son sang-froid et poursuit son évolution d’identité de marque.

Après la refonte de son logo en 2013, plus sage et plus institutionnel, et une série de campagnes publicitaires (Because music doesn’t judge, Music takes you back, Can’t find the words) invitant ses utilisateurs à partager et interagir davantage avec leurs morceaux favoris, la plateforme musicale aux 60 millions d’utilisateurs revendiqués (dont un quart payant) se pare d’une nouvelle charte colorée, déployée sur une série de visuels graphiques et pop, utilisant des images en bichromie inspirées des pochettes d’albums et des affiches de concert des années 1960, des formes géométriques — un travail développé pendant un an par l’agence new-yorkaise Collins.

L’objectif : déplacer l’image de Spotify de l’univers de haute technologie à celui de divertissement, rendre la musique « personnelle » à nouveau et plus visuelle, en adaptant les couleurs aux univers des différents artistes présents en écoute. 

Enfin — la rumeur court déjà depuis un moment — d’après Business Insider, Spotify préparerait le lancement d’un service de vidéo à la demande. À suivre…